News story
Marché des devises   9 avr. 2021 23:20:57

Les marchés européens sans tendance, Wall Street en hausse

actualise avec clôture de Wall Street et autres cours mis à jour

NEW YORK (awp/afp) - En manque de catalyseurs, les marchés européens ont terminé en ordre dispersé vendredi, tandis qu'à Wall Street les indices ont fini la semaine sur une note positive avec de nouveaux records sur fond de légère remontée des taux d'emprunt.

En Europe, Paris a terminé autour de l'équilibre (+0,06%), Francfort a pris 0,21%.

En revanche, Londres (-0,38%), Milan (-0,60%) et Madrid (-0,83%) ont toutes fini dans le rouge.

L'indice boursier espagnol Ibex a notamment été pénalisé par la révision à la baisse vendredi de la prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) de l'Espagne pour 2021, à 6,5% contre 7,2% prévus auparavant.

Outre-Atlantique, Wall Street a conclu en hausse avec de nouveaux records pour le Dow Jones et le S&P 500: le Dow Jones a pris 0,89%, le Nasdaq +0,51% et le S&P 500 +0,77%.

"Dans l'ensemble, c'est l'attentisme qui domine", affirme Andreas Lipkow, analyste pour Comdirect.

"Depuis quelques jours, les séances sont assez calmes, que ce soit au niveau des variations, de l'actualité ou des volumes", a observé également auprès de l'AFP Alexandre Neuvy, gérant privé à Amplegest.

"Le discours de toutes les banques centrales reste hyper accommodant" par rapport à un éventuel début de remontée des taux, relève-t-il.

C'est "ce que le marché voulait entendre (...) mais maintenant il faut un peu plus de carburant", poursuit-il.

Le marché a pris connaissance d'une série d'indicateurs ce vendredi, notamment de chiffres décevants concernant la production industrielle en Allemagne et en France, qui n'incitaient pas à la prise de gros risques avant le week-end.

L'ndice des prix à la production (PPI) aux Etats-Unis, dont la publication avait été retardée en raison d'un bug informatique, a bondi de 1% sur un mois en mars, bien au-dessus des prévisions qui étaient de +0,5%, comme en février.

"Ces prix à la production devraient être importants sur l'orientation du marché obligataire américain, qui reste très sensible à la moindre indication de rebond de l'inflation, qu'il soit temporaire ou durable", explique Christian Parisot, un analyste d'Aurel BGC.

Sur le marché obligataire, les taux d'emprunt à 10 ans étaient à la hausse ce vendredi des deux côtés de l'Atlantique.

Les investisseurs gardaient par ailleurs toujours un oeil attentif sur la situation sanitaire, au moment où l'Union européenne négocie l'achat de 1,8 milliard de doses de vaccins de deuxième génération contre les futurs variants.

L'Agence européenne des médicaments a pour sa part annoncé examiner un lien possible entre le vaccin anti-Covid de Johnson & Johnson et des cas de caillots sanguins, et élargir son enquête sur celui d'AstraZeneca, déjà mis en cause pour le même genre de symptômes, à des problèmes vasculaires.

L'aéronautique se maintient dans le vert

Airbus a enregistré 28 nouvelles commandes d'avions commerciaux et livré 72 appareils au mois de mars, renouant avec un rythme de livraisons similaire à la même période il y a deux ans. Le titre a gagné 0,30% à 101,10 euros.

A Londres, le motoriste Rolls Royce a pris 0,76% à 111,88 pence.

TUI recule

A Londres, le numéro 1 mondial du tourisme TUI a perdu 2,06% à 389,00 pence. Il a annoncé vendredi avoir levé 400 millions d'euros sur les marchés financiers, dans le but d'entamer le remboursement les prêts publics géants accordés au groupe pour faire face à la pandémie de Covid-19.

AstraZeneca impassible

Le titre du laboratoire britannique AstraZeneca a été bien orienté (+0,61% à 7.287,00 pence), alors que Hong Kong a suspendu sa commande de vaccins AstraZeneca contre le Covid-19.

Le pétrole sous pression

Les prix du pétrole reculaient toujours, refroidis par l'évolution de la pandémie de Covid-19 en Inde et par la probabilité grandissante d'une augmentation de la production iranienne.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a conclu à 62,95 dollars, en repli de 0,40% à Londres.

A New York, le baril américain de WTI pour mai a cédé 0,47% à 59,32 dollars.

Dans le même temps, vers 19H00 GMT, l'euro reculait très légèrement face au dollar (-0,10% à 1,1902 dollar), tandis que la livre britannique perdait un peu de terrain face au billet vert (-0,15% à 1,3714 dollar). Le bitcoin progressait légèrement (+1,09% à 58.306 dollars).

bur-jvi-as-vmt/vgr

Sur le même thème

Titres concernés

N/A